lundi 2 septembre 2013

Lu dans "Le Malinois Libéré", rubrique "Les beaux gazons"

"Ma femme s’appelle Fernande, ce qui n’est pas joli. Depuis bientôt 2 ans, elle traîne avec ses copines dans les parkings de supermarché, cherchant le caddie abandonné… C’est une sorte de concours ; à celle qui la première trouve le précieux chariot, les autres paient l’apéro.
Je demande donc, et j’exige, un plus grand sérieux de la part des gérants de grandes surfaces et de leurs clients ; ma femme rentre bourrée tous les soirs, car elle court vite et a l’œil vif ; à ce train-là, dans 1 an, elle aura des jambes de footballeur, et un foie de polonais en déroute.
Si mes exigence ne sont pas rencontrées, je menace : je m’enchaîne au train de caddies, nu et bariolé de la marque concurrente sur le torse, que j’ai velu.
A bon entendeur.
Le mari à Fernande."


Photo : le gérant d'Aldo, Fernande et sa meilleure copine.